Comment répondre aux attentats ?
S’engager pour la défense des valeurs républicaines et la cohésion de la Nation.

La France a subi en janvier et en novembre 2015 deux séries d’attentats abjectes sur son territoire. Ce ne sont malheureusement pas les premiers qui touchent notre pays et il serait naïf de croire qu’ils pourraient être les derniers.

Suite à ces événements, la nation se relève et la communauté internationale a solidairement apporté son soutien aux victimes et à notre pays. Des forces de l’ordre applaudies spontanément dans la rue à la Marseillaise jouée dans tous les stades à l’étranger, en passant par des monuments éclairés de Bleu-Blanc-Rouge à travers le monde, au lendemain du 13 novembre 2015, le monde s’unifie face à une menace commune.

Par ces attaques, ce sont les valeurs de la République et le socle de notre unité nationale qui sont visés par des individus qui prétendent parler au nom d’une religion qu’ils ne connaissent pas. Leur objectif est de nous diviser, de nous confronter et nous forcer à renoncer aux valeurs qui font la force de notre Nation : Liberté, Egalité, Fraternité.

Depuis de nombreuses années, l’ANAJ-IHEDN et l’ensemble de la communauté IHEDN travaillent sur les problématiques de Défense, de Sécurité, de Citoyenneté et de Cohésion nationale. A travers nos activités, nous avons pour objectif, humblement, de participer à cet Esprit de Défense au bénéfice de nos citoyens.

Il est aujourd’hui nécessaire que chaque citoyen, et en premier lieu vous qui faites partie de cette communauté Défense, s’engage activement pour la défense de nos valeurs et l’unité de notre Nation, pour faire que ces moments de cohésion nationale et de solidarité post-attentats ne soient pas éphémères mais durables.

De son côté, en plus de ses activités quotidienne, l’ANAJ-IHEDN va prochainement lancer un groupe de réflexion et d’étude sur les conséquences des attentats de 2015 où chaque membre aura sa place. Afin de ne pas réagir « à chaud » et de prendre du recul sur ces événements, les conclusions seront rendues dans quelques mois sous forme d’une publication ou d’un événement.

Nous ne pourrons mieux répondre qu’en partant d’une énergie créatrice. L’œuvre d’une communauté nationale à laquelle nous contribuons dans un effort qui engage la volonté.

Face à ces attaques, le meilleure réponse à donner est de nous engager en démontrant la résilience de notre pays face à de telles attaques.

Comme le disait Georges-Jacques Danton : « Une nation se sauve, elle ne se venge pas. »

François Mattens
Président de l’ANAJ-IHEDN
62e Séminaire-Jeunes de l’IHEDN – Marly-le-Roi 2009